Infiltrations ostéoarticulaires

 

Infiltration radio-guidée ou écho-guidée:

Consiste à injecter un médicament dans une articulation ou un espace anatomique bien précis de l’appareil loco-moteur (espace épidural, foramen intervertébral, bourse etc..) en s’aidant d’un appareil de radioscopie ou d’échographie permettant de voir en temps réel le positionnement de l’aiguille.

Deux types de médicaments peuvent être injectés:

  • Des corticoïdes (Kénacort ®, Diprostène®, Hydrocortancyl®…) ayant une activité anti-inflammatoire locale.
  • De l’acide hyaluronique (utilisé essentiellement dans l’arthrose).

Arthrographie , arthroscanner et arthro-IRM

L’arthrographie s’obtient par l’injection intra-articulaire de produit de contraste radio-opaque, suivie de la réalisation de radiographies. Elle permet la visualisation radiographique en 2D du contenu d’une articulation.

L’arthroscanner ou l’arthro-IRM est réalisé dans les suites immédiates de l’arthrographie. Cela permet une analyse plus détaillée du contenu articulaire, avec notamment une visualisation plus fine des cartilages. Il peut être associé à une infiltration thérapeutique lors de l’arthrographie préalable.

 

Préparation: Il n’est pas nécessaire d’être à jeûn, mais il est recommandé de ne prendre qu’un repas léger avant l’examen.

Injection: Aucun produit.

Effet secondaire: Aucun

Durée: Environ 30 minutes.

Contre-indication: Aucune contre indication absolue.

 

Préparation: Il n’est pas nécessaire d’être à jeûn, mais il est recommandé de ne prendre qu’un repas léger avant l’examen.

Il est recommandé de venir accompagné(e), surtout si vous êtes très douloureux(se) avant l’infiltration, car celle-ci est susceptible de majorer vos symptômes dans les suites immédiates du geste.

Avant l’examen, n’oubliez pas d’indiquer si vous avez des allergies, si vous avez déjà été opéré de la colonne vertébrale, et si vous prenez des médicaments fluidifiants le sang.

N’arrêter aucun traitement médical avant votre examen.

Injection: Oui: produit de contraste iodé, anesthésiant local.

Effet secondaire:

  1. Pendant ou juste après la ponction

Une réaction allergique immédiate, qui est exceptionnelle, peut survenir de principe. Elle sera prise en charge par le radiologue.

  1. Dans les jours suivant la ponction
  • Quelques réactions allergiques cutanées retardées (rougeur, boutons, plaques), peuvent survenir après une injection intra-articulaire de produit de Elles régressent spontanément.
  • Si vous êtes diabétique, il se peut que votre diabète soit légèrement déséquilibré dans les suites d’une infiltration de corticoïde. Ce déséquilibre est temporaire et non systématique.
  • Une dépigmentation cutanée, le plus souvent transitoire, peut survenir si l’articulation est très superficielle (doigt). Elle est secondaire au potentiel de dépigmentation des corticoïdes.
  • Des douleurs pendant 24-48h peuvent survenir après ce type d’examen. Ces douleurs sont résolutives spontanément ou après un traitement antalgique classique, par paracétamol (Doliprane®), en l’absence de contre
  • Comme pour toute ponction, il existe un très faible risque d’infection. Les symptômes (douleurs persistantes, gonflement et chaleur de l’articulation, fièvre) surviennent dans les jours suivant l’examen, avec un parfois un intervalle libre de quelques Ces symptômes doivent vous alerter. Il faut alors nous appeler sans délai, car il peut être urgent de vous donner un traitement.

– Cas particulier des infiltrations épidurales:

  1. Infarctus médullaire

Pour minimiser au maximum ce type de risque qui reste exceptionnel, il est plus prudent de réaliser ce type d’infiltration sous guidage de l’imagerie et de respecter les contre-indications.

  1. Risque hémorragique

Le risque d’hématome épidural est très rare.

Il est minimisé par le respect des contre-indications et par la recherche de facteurs de risque (troubles de la coagulation, prise de médicaments fluidifiants le sang).

  1. Syndrome post ponction durale

Rare. Des céphalées peuvent apparaître suite à une brèche méningée. Elles surviennent dans dans les 3 premiers jours suite au geste. Elles sont positionnelles, aggravées par les mouvements de la tête et la station debout, calmées par la position allongée.

Le traitement initial se limite à un repos strict au lit et à la prescription d’antalgiques et de caféine. En cas de persistance des céphalées, un traitement par « blood patch » permet de faire disparaître les maux de tête dans pratiquement tous les cas.

 

Durée: Environ 15 à 30 minutes. Contre-indication:

  • La grossesse peut être une contre-indication, en fonction de la zone anatomique concernée et le terme de votre grossesse. Signalez-nous si vous êtes enceinte ou susceptible de l’être.
  • Signalez-nous vos antécédents allergiques qui peuvent également modifier la préparation et la réalisation de l’examen.
  • Un mauvais état cutané (plaie, infection cutanée, inflammation) peut éventuellement être une contre-indication.
  • Signalez-nous une fièvre ou une infection en cours (pneumopathie, infection urinaire, infection dentaire..), car elle peut contre-indiquer votre examen.
  • Vous devez également signaler la prise de médicaments fluidifiant le sang (anticoagulants et d’antiaggrégants plaquettaires). En fonction du site de la ponction, ils peuvent nécessiter un arrêt.